VIVA! Art Action

Interventions urbaines? Erreur… intervention dans le Mile-End

Posted in OFF, Programmation Dare-Dare by vivamontreal on septembre 20, 2009

C’est par un bel après-midi ensoleillé de fin d’été que Dare-Dare a débuté sa programmation dans le cadre de VIVA! À son habitude, le centre a favorisé les performances en milieu urbain afin de se rapprocher de la communauté. Cette approche a permis de faire connaître l’art actuel à un public qui ne fréquente pas nécessairement ses lieux de diffusion. Cependant, le quartier investi, le très artsy Mile-End, et le contexte de festival ont plutôt attiré une assistance d’initié aux présentations des artistes invités par les commissaires Constanza Camelo et Manon Tourigny.

DSC05912La première intervention était assurée par le duo saguenéen composé de Carl Bouchard et Martin Dufrasne. Le lieu était éclectique, car il se situait sous les peupliers du terrain vacant derrière l’entrepôt de la boutique Jeans Jeans Jeans sur la rue de Gaspé. Les deux jeunes hommes invitaient l’assistance à un numéro de fakir. Dans leur installation de camping, lesboyz faisaient chauffer des pièces de un sou sur un barbecue de fortune tout en buvant du Jack Daniel. Une fois la monnaie assez chaude, le couple Bouchard/Dufrasne ont ensuite étalé celle-ci sur le sol et, une fois dévêtus, ils se sont couchés dessus comme les ascètes sur un lit de tisons brulant. La performance n’avait pas la prétention d’être un spectacle de mortification hindou. La substitution entre le folklore indien et québécois rendue la scène assez ludique.

DSC05913Le programme s’est poursuivi avec Katnira Bello. Celle-ci attendait le public sur la voie ferrée près du viaduc Van Horne. Trainant une chaise sur le chemin de fer, l’artiste mexicaine s’est ensuite assise pour y mastiquer la presque totalité des pétales d’un bouquet de roses rouges. Les pigments naturels de celles-ci ont rapidement coloré la salive de Bello. Après avoir essuyé l’écume de sa bouche avec un mouchoir de poche blanc, la performeuse a agité ce dernier ce qui mit fin à l’intervention.

DSC05914Cette première Off programmation se termina avec une performance de Sophie Castonguay et Anne-Marie Ouellette. Pour l’intervention, il fallait se rendre dans un petit local vacant avec vitrine situé sur la rue Maguire à quelques pas du Bain Saint-Michel. Devant une assistance restreinte – le nombre de spectateurs était limité à cause de l’espace – cinq protagonistes étaient reliés par une nappe/bavettes et partageaient un repas. Tout au long de cette mise en scène, le convives a lu à voix haute des phrases préalablement écrites par Castonguay sur des bandelettes de papiers. Celle-ci distribuait les répliques. À certains moments du spectacle, celui-ci avait l’apparence d’une conversation à table cohérente. À d’autres moments, la scène semblait absurde. À souligner le travail esthétique et tous les petits détails apportés aux ustensiles, aux couverts, aux accessoires, et à la nourriture de ce souper.

Publicités

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Lathie said, on septembre 21, 2009 at 5:58

    J’apprécie énormément de pouvoir suivre au jour le jour les commentaires sur le festival. Merci aux blogueurs d’être nos témoins et nos « écrans » (as seen on TV). L’idée d’un blog/blogue dans les deux langues est à saluer. Et même si les versions anglo vs franco sont en soit très très très différentes, quand on peut lire les deux langues, on gagne au change. Et puis, on comprend bien qu’il faille se séparer la tâche, ce qui, du coup, démultiplie les points de vue. Heureusement.

    Cependant, l’investissement, ou mieux, le degré de présence et d’attention investis dans le blog par chacun des auteurs ne m’apparaît pas être le même. Et ça me dérange, parce que, plus ça va, plus l’écart devient disproportionné. (Ce n’est pas une critique mais un constat.) Par exemple, bien que je saisisse mal la langue de Shakespeare, j’en ai appris davantage sur les performances que j’ai manquées en regardant les dessins et en tâchant de lire les commentaires en anglais qu’en me rapportant aux photos et aux descriptions faites dans ma langue maternelle.

    Le blog francophone est graphiquement superbement mis en page et ça fait du bien. Côté formel, c’est joyeux, adéquat, travaillé, intéressant. Mais côté contenu, c’est un petit peu plate. Les descriptions qui y sont faites sont utiles, mais elles passent à côté de ce qui fait pour moi l’essence d’une performance, c’est-à-dire son odeur, sa texture, son intensité, sa présence, son authenticité. Les descriptions, OK!, mais ‘faut aller au-delà. Comme on a une langue si richement poétique, il me semble qu’il faudrait la laisser dire…un peu plus poétiquement? Bref, je souhaiterais que le blogueur franco que je ne connais pas écrive avec plus de fluidité et plus longuement. Quoique je comprenne les contraintes (débiles!)
    d’être blogueur dans un contexte pareil, j’aurais envie de plus de « flow », plus de longueur ( comme on dit « j’ai fait des longueurs de piscine »), de plus de souffle, d’avantage de complicité avec l’événement. En traiter formellement, c’est bien, mais en traiter formellement en prenant dans le cœur, à bras-le-corps l’événement, c’est tellement mieux… Et si c’était juste une question de prendre le temps de goûter ce qui vient, ce qui advient… et de laisser aller?

    Peut-être que je n’y comprends rien à rien, tout simplement. Personnellement toutefois, je suis plus sensible au blog de Karen, car il est en lui-même un projet qui me parle. Littérairement, visuellement, graphiquement, ce blogue-là s’en va quelque part. Il est cohérent, même si malhabile parfois. Il est offert, et vulnérable, mais tellement fort côté processuel… Quand Karen écrit ce blog, elle est en processus performatif: C’est une chose difficile à décrire qui a quelque chose à voir avec l’authenticité, l’attention, la vision périphérique, la pleine conscience. Peut-être aussi avec l’expérience. L’ouverture à la transformation que permet l’expérience. Et aussi la capacité à choisir le bon geste au bon moment.

    Je m’arrête là car il est tard. Merci Viva! de permettre que l’on poste ce genre de commentaire.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :